Monthly Archives: mars 2020

CR congés formation 2020-2021

CONGÉ FORMATION 2020-2021

RENDEZ-VOUS DANS 10 ANS MÊME LIEU, MÊME HEURE …

La commission pour l’attribution des congés formation s’est réunie le vendredi 13 mars 2020.

Cette année il y avait 899 demandes soit 66 de moins que l’an dernier dont 22 PSYEN et 2 CPE. Parmi elles, 46 collègues ont été retenus selon le contingent de 420 mois payés et octroyés par le Ministère dont 48 pour le corps des CPE. L’accès à la formation est un droit chèrement acquis mais de plus en plus aléatoire si l’on considère que le quota accordé n’a toujours pas augmenté depuis 2006!

Un professeur a droit à 36 mois de congé formation sur toute sa carrière dont 12 mois payés à 80%. Par ailleurs pour y accéder il faut avoir exercé pendant 3 ans, la date butoir considérée étant celle du 1er septembre qui précède la demande.

Les collègues qui exercent dans le supérieur ne relèvent pas de ce dispositif car ont leur propre dispositif à l’intérieur de leur structure.

Il faut retenir 5 principes fondamentaux :

  • L’attribution se fait par corps et non tous corps confondus.
  • Par ailleurs les non-titulaires qui souhaitent préparer un concours pour devenir titulaires sont prioritaires, de même que les collègues qui sont déjà en formation et qui désirent la poursuivre.
  • Les collègues en difficulté sont eux aussi pris en charge par le Rectorat pour remédier à leurs problèmes par le biais d’un complément pédagogique et disciplinaire. 
  • Les priorités académiques sont d’abord le suivi de formation, puis la formation des AESH, celle des enseignants non-titulaires pour préparer un concours de recrutement de l’Education Natinale et la formation en langue bretonne.

 ATTENTION : le Rectorat a rappelé qu’un congé formation est un droit mais qui suppose obligatoirement de rester dans l’une des 3 fonctions publiques pendant 3 fois la durée du congé formation obtenu, sous peine de devoir le rembourser intégralement. Il a rappelé également que le collègue qui obtient un congé formation s’engage à finir la formation pour laquelle il est payé.

 Sur les 71 demandes d’agrégés soit 1 de plus que l’an dernier, 3 congés ont été donnés qui avaient essuyé un minimum de 8 refus auparavant, et 1 congé pour suivi de formation.

Sur les 711 certifiés —soit 65 de moins que l’an dernier— ce qui constitue le corps le plus nombreux, 27 congés (dont 1 pour le breton et 2 pour poursuite de formation) ont été accordés qui correspondent à des personnels ayant totalisé 10 refus antérieurs.

Sur les 22 PSYEN —soit 4 de plus que l’an dernier— 3 congés ont été octroyés après 8 candidatures malheureuses, l’un de ces congés  pour suivi de formation tandis que l’autre est au titre du breton.

Pour les 3 NON TITULAIRES, leur congé leur a été octroyé.

Pour les 2 CPE —soit 1 de plus que l’an dernier—l’un a été accordé car il s’agissait de la 2ème demande. Par contre celui de l’autre ne l’a pas été pour ne pas créer de trop grande disparité avec les autres corps puisqu’il s’agissait d’une 1ère demande.

Sur les 57 profs d’EPS —soit 2 de moins que l’an dernier— 3 ont eu leur congé correspondant à 8 refus successifs.

Sur les 33 PLP —soit 7 de moins que l’an dernier— 5 ont obtenu le congé dont 1 pour suivi de formation, après avoir encaissé 6 ou 7 refus précédemment

L’année 2020 a vu pour la 4ème année consécutive l’établissement d’une liste complémentaire pour attribuer ces congés quand les collègues sélectionnés le refusent. En effet pour des raisons professionnelles, au bout de 10 ans, ils peuvent avoir fait d’autres choix de carrière ou d’autres sacrifices financiers, notamment quand les enfants sont devenus grands et poursuivent des études universitaires onéreuses.

Cette année, la liste «d’attente» se compose de 1 agrégé, 9 certifiés, 1 PSYEN, 0 ANT, 1 CPE, 2 profs d’EPS et 2 PLP.

 

D’ores et déjà pour l’an prochain, on peut prévoir que, pour obtenir un congé formation, il faudra vraisemblablement avoir:

  • Agrégés: un minimum de 9 refus
  • Certifiés: un minimum de 10 refus
  • PSYEN: un minimum de 8 refus
  • CPE: un minimum de 1 refus
  • EPS: un minimum de 8 refus
  • PLP: un minimum de 6 refus

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage –dit-on– mais 10 refus indiquent qu’il s’agit de la 11ème candidature! Or combien d’entre nous savent déjà ce qu’il adviendra d’eux dans 10 ans?

Brigitte Ayala

Présidente Académique du SNALC Bretagne

RESULTAT MOUVEMENT INTER PLP

BARRES INTER PLP 2020 AC RENNES

Si la discipline n’apparaît pas c’est parce qu’il n y a pas d’entrants.

DISCIPLINE

BARRE D’ENTREE

NOMBRE D’ENTRANTS

ENSEIGNEMENTS ARTISTIQUES ET ARTS APPLIQ (PLP)

1

BIOTECHNOLOGIES SANTE-ENVIRONNEMENT(E F

35

8

 ECO ET GEST.OPTION COMM, ORG, GRH

371.2

3

ECO-GEST.OPTION COMPTABILITE ET FINANCE

165

5

ECO-GEST.OPTION MARKETING

88

7

GENIE CIVIL CONSTRUCTION ET ECONOMIE

1

GENIE CIVIL CONSTRUCTION ET REALISATION

1

PEINTURE-REVETEMENT

1

GENIE ELECTRIQUE: ELECTRONIQUE

0

GENIE ELECTRIQUE OPTION ELECTROTECHNIQUE

0

GENIE INDUSTRIEL BOIS

1

 GENIE INDUSTRIEL TEXTILES ET CUIRS

1

GENIE MECANIQUE CONSTRUCTION

0

G.MECA MAINTENANCE SYST MECA ET AUTOMAT

0

GENIE MECANIQUE-MAINTENANCE VEHICULES

1

GENIE THERMIQUE

1

 HOTELLERIE OPT SERVICE ET COMMERCIALISAT

1

HOTELLERIE OPT TECHNIQUES CULINAIRES

737.2

2

LETTRES HISTOIRE

1063

6

MATH.SCIENCES PHYSIQUES

198

10

SCIENCES ET TECHNIQUES MEDICO-SOCIALES

672.3

4

CONDUCTEURS ROUTIERS

1

Gilbert Bourboul

Responsable PLP SNALC Bretagne

COMPTE RENDU CAPA PROMOTION ECHELON CERTIFIES 2020

                            CR CAPA promotion d’échelon des certifiés 5 mars 2020

Jeudi 5 Mars 2020 avait lieu la CAPA portant sur les changements d’échelon consécutifs aux deux premiers rendez-vous de carrière, le troisième, au 9ème échelon depuis 2 ans, n’étant pris en compte que pour l’accès à la hors-classe. Bien sûr, tous les collègues ayant un avis excellent du Recteur étaient certains de voir leur changement d’échelon accéléré d’un an. Le nombre d’avis « Très Satisfaisant » étant à chaque fois supérieur au nombre de promotions pouvant encore être attribuées, c’est parmi tous les collègues gratifiés de cet avis que se sont polarisés tous les échanges en commission. Contrairement à ce qui se passait avant le PPCR, l’ancienneté dans le corps des certifiés n’était plus un critère discriminant ; seuls comptaient, au sein du même avis, les fameux 11 items de la grille des rendez-vous de carrière, et surtout les appréciations littérales des deux autorités hiérarchiques. Hiérarchiser la portée des éloges entre les collègues, pour savoir qui on promeut et qui passe à l’ancienneté, relève véritablement de la gageure : comment, en deux heures de commission, et après seulement 48 heures de mise à disposition, pour les élus, de la totalité des documents, considérer que l’ «excellence d’un enseignant» vaut mieux que «la qualité de service irréprochable» de tel autre? L’impression d’arbitraire ou d’opacité de certaines promotions nous laissent un peu amers…

Au sixième échelon, il y avait 2O7 promouvables et 62 promotions possibles. 28 collègues bénéficiaient d’un avis « Excellent » ; restent donc 34 promotions possibles, pour les avis « Très Satisfaisant » qui étaient au nombre de 112 ; des réajustements ont été pratiqués en commission, au profit le plus souvent d’enseignantes, pour tenir compte de l’exigence d’équilibre entre les différentes disciplines.

Au huitième échelon, les débats furent plus houleux, car les réajustements étaient plus nombreux, au profit essentiellement des SVT, pas assez valorisées dans les documents de travail, et au détriment notamment de la technologie et des lettres classiques, qui l’étaient un peu trop. Il y avait 227 promouvables, pour 68 promotions possibles ; 45 collègues étaient considérés comme « Excellents », donc pas de débats pour eux ; mais 23 promotions seulement pouvaient être attribuées aux 141 promouvables, d’où le long jeu de « chaises musicales » que nous avons déjà évoqué…

 

Les commissaires paritaires certifiés