Congés de formation professionnelle 2019-2020

By | 6 mars 2019

 

CONGÉ FORMATION 2019-2020

RENDEZ-VOUS DANS 10 ANS MÊME LIEU, MÊME HEURE …

La commission pour l’attribution des congés formation s’est réunie le mardi 5 mars 2019.

Cette année il y avait 965 demandes soit 83 de plus que l’an dernier dont 18 PSYEN qui incluent les COP. Parmi elles, 43 collègues ont été retenus selon le contingent de 420 mois payés et octroyés par le Ministère dont 48 pour le corps des CPE. L’accès à la formation est un droit chèrement acquis mais de plus en plus aléatoire si l’on considère que le quota accordé n’a toujours pas augmenté depuis 2006!

Un professeur a  droit à 36 mois de congé formation sur toute sa carrière dont 12 mois payés à 80%. Par ailleurs pour y accéder il faut avoir exercé pendant 3 ans, la date butoir considérée étant celle du 1er septembre qui précède la demande.

Les collègues qui exercent dans le supérieur ne relèvent pas de ce dispositif car ont leur propre dispositif à l’intérieur de leur structure.

 

Il faut retenir 5 principes fondamentaux :

  • L’attribution se fait par corps et non tous corps confondus.
  • Par ailleurs les non-titulaires qui souhaitent préparer un concours pour devenir titulaires sont prioritaires, de même que les collègues qui sont déjà en formation et qui désirent la poursuivre.
  • Les collègues en difficulté sont eux aussi pris en charge par le Rectorat pour remédier à leurs problèmes par le biais d’un complément pédagogique et disciplinaire.
  • L’une des priorités académiques est la formation en langue bretonne.
  • La nouvelle priorité académique est la formation des AESH.

 

ATTENTION : le Rectorat a rappelé qu’un congé formation est un droit mais qui suppose obligatoirement de rester dans l’une des 3 fonctions publiques pendant 3 fois la durée du congé formation obtenu, sous peine de devoir le rembourser intégralement. Il a rappelé également que le collègue qui obtient un congé formation s’engage à finir la formation pour laquelle il est payé.

 

Sur les 70 demandes d’agrégés soit 17 de plus que l’an dernier, 4 congés ont été donnés qui avaient essuyé un minimum de 8 ou 9 refus auparavant,

Sur les 776 certifiés —soit 70 de plus que l’an dernier— ce qui constitue le corps le plus nombreux, 27 congés (dont 2 pour le breton et 2 pour poursuite de formation) ont été accordés qui correspondent à des personnels ayant totalisé 9 ou 10 refus antérieurs.

Sur les 18 PSYEN —soit 4 de plus que l’an dernier— 2 congés ont été octroyés après 7 candidatures malheureuses.

Pour le seul NON TITULAIRE, son congé lui a été octroyé.

Pour la seule CPE —soit 6 de moins que l’an dernier—son congé est en discussion car il s’agit d’une 1ère demande.

Sur les 59 profs d’EPS —soit 1 de moins que l’an dernier— 2 ont eu leur congé correspondant à 8 refus successifs.

Sur les 40 PLP —soit 2 de plus que l’an dernier— 3 ont obtenu le congé formation après avoir encaissé 6 ou 7 refus précédemment.

 

L’année 2019 a vu pour la 4ème année consécutive l’établissement d’une liste complémentaire pour attribuer ces congés quand les collègues sélectionnés le refusent. En effet pour des raisons professionnelles, au bout de 10 ans, ils peuvent avoir fait d’autres choix de carrière ou d’autres sacrifices financiers, notamment quand les enfants sont devenus grands et poursuivent des études universitaires onéreuses.

Cette année, la liste « d’attente » se compose de 2 agrégés, 10 certifiés, 1 PSYEN, 0 ANT, 0 CPE, 1 prof d’EPS et 2 PLP.

 

D’ores et déjà pour l’an prochain, on peut prévoir que, pour obtenir un congé formation, il faudra vraisemblablement avoir:

  • Agrégés: un minimum de 8 refus
  • Certifiés: un minimum de 10 refus
  • PSYEN: un minimum de 7 refus
  • CPE: un minimum de 1 refus
  • EPS: un minimum de 8 refus
  • PLP: un minimum de 6 refus

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage –dit-on– mais 10 refus indiquent qu’il s’agit de la 11ème candidature! Or combien d’entre nous savent déjà ce qu’il adviendra d’eux dans 10 ans ?

Brigitte Ayala

Commissaire Paritaire Académique et Nationale des Agrégés

Présidente Académique du SNALC-FGAF Bretagne